Eight Days A Week : Les Beatles vus par Ron Howard

eightdaysaweek-beatlesLe 15 septembre 2016 dans les cinémas et pour une unique séance à 20h sera présentée Eight Days A Week, The Touring Years, le documentaire de Ron Howard sur les Beatles. A réserver rapidement.

Un énième documentaire sur les Beatles ? Oui sans doute et Ed Sullivan est aussi de la partie et en couleurs – le fameux présentateur fut le premier à recevoir les Beatles sur un plateau de télévision US avec plus de 73 millions de spectateurs devant leur poste.
Pour ce film, c’est Ron Howard qui s’y colle avec des images rarement vues et un propos inédit : comment survivre à la Beatlemania quand on est un Beatles.

Des caves de Liverpool aux stades américains, le documentaire trace la fulgurante trajectoire des quatre Anglais vers les tops de la pop. Conduits par l’élégant Brian Epstein, les Beatles ont tout pour réussir : il sont jeunes et intrépides, ont de la répartie et écrivent tube sur tube. La Beatlemania prend toute son ampleur en 1963 et leur arrivée aux Etats-Unis en marque le paroxysme.

Après trois ans rythmés par des mois sur la route, des hordes de fans hurlantes, des hits à sortir tous les trois mois et des albums tous les six mois, le ras-le-bol général des membres du groupe se fait sentir. Sur scène, les Beatles ne s’entendent littéralement plus. Avec les cris du public et des sonos pas du tout adaptées à la taille des stades – Vox a fabriqué des amplis de 100 watts largement insuffisants, Ringo Starr confesse qu’il passe certains concerts à regarder les fesses de John Lennon pour savoir s’il est encore dans le rythme. A la fin du documentaire, 30 minutes du célèbre concert du Shea Stadium de New York sont diffusées. Avec des images restaurées et un son remastérisé, ceux qui étaient présents au concert pourront finalement l’écouter vraiment, les autres découvriront la performance des Beatles en live.

Après un live à San Francisco en 1966, ils décident finalement d’arrêter la scène. Leur envie : se retrouver suffisamment longtemps en studio pour composer. Dès 1967, cette fructueuse retraite donne Sgt Pepper’s Hearts Club Band et une nouvelle période musicale qui débute pour le groupe. Mais plus de concert.