La mode à la sauce « Made in Italy »

Madeitaly_VersaceEn 1951, a lieu, à Florence, le premier défilé qui va faire de la mode italienne un outil de reconstruction économique et une expression du style italien. Aidé par les Américains, le « Made in Italy » va devenir, dès les années 1970, une industrie forte et les marques italiennes des symboles du glamour.

C’est ce que relate le documentaire diffusé dimanche 27 septembre sur Arte et encore visible pendant quelques jours notamment ici : http://www.arte.tv/guide/fr/058938-000/made-in-italy?autoplay=1

Les atouts de la mode italienne – des vêtements portables, des tissus de qualité, des prix raisonnables – attirent rapidement les clientes américaines. Des maisons familiales de maroquinerie (Gucci) ou des aristocrates désargentés (Emilio Pucci) se lancent dans ce pari économique mais aussi culturel. Suivront Gianfranco Ferré, Roberto Cavalli, Valentino, Cerruti…

Promotion de la mode italienne par le tandem actrices/paparazzi dans les années 1960, phénomène d’industrialisation du secteur à Milan dans les années 1970, confrontation stylistique de Versace et Armani, conquête du monde par les marques avec le revers de la délocalisation, le documentaire narre l’histoire du « Made in Italy » qui a fait passer le pays du néo-réalisme à un glamour exalté, parfois en manque de sens.

Photo : © Granata/Leemage

Egypte : Osiris redécouvert

Osiris en bronze et barque votive en plombL’archéologie est souvent synonyme de recherches longues et peu lisibles pour le grand public. L’exposition Osiris, mystères engloutis d’Egypte (Institut du monde arabe) vient contredire cette croyance. A l’affiche : la découverte de deux cités recouvertes par les eaux depuis 1 500 ans, des pièces en nombre – ici près de 300 exposées – et diversifiées – statues, objets de culte, écritures – rappelant que l’archéologie peut être une véritable chasse aux trésors.

L’exposition donne plusieurs impressions. Le décor vert profond et bleu nous plonge dans la Méditerranée et les fouilles sous-marines menées par Franck Goddio et son équipe. Un film illustre d’ailleurs comment on pratique des recherches sous l’eau. Le visiteur est aussi invité à suivre « les mystères d’Osiris », une cérémonie majeure autour de la divinité à travers des objets de culte nombreux. Enfin, cette exposition met en avant l’époque ptolémaïque où Egyptiens et Grecs partagent des territoires, des dieux, des représentations. Si cela ne suffisait pas, des pièces inédites des musées du Caire et d’Alexandrie viennent compléter, avec panache, cette exposition solennelle et gracieuse. Un conseil tout de même : révisez votre mythologie égyptienne.

Osiris, mystères engloutis d’Egypte
Institut du monde arabe
Du 8 septembre 2015 au 31 janvier 2016

Photos :
Statuette d’Osiris en bronze et barque votive en plomb posées sur les fonds sous-marins de la baie d’Aboukir. Thonis-Héracléion, Egypte, VIe-IIe av JC. Photo : Christoph Gerigk © Franck Goddio/Hilti Foundation
Lampe à huile, Thônis-Héracléion, baie d’Aboukir. DR © Franck Goddio/Hilti Foundation
Dieu du Nil, greywacke, IIe ap JC, Canope. DR © Franck Goddio/Hilti Foundation

Lampe à huileDieu du Nil