« Little Black Dress » : la petite robe devenue grande

lbdJusqu’au 22 septembre 2013, avec une cinquantaine de robes noires, le Mona Bismarck American Center fait la démonstration de la grandeur de la « Little Black Dress ».

Si pour vous, la petite robe noire est ce vêtement à la fois simple, élégant et intemporel à porter au quotidien, l’exposition du centre Mona Bismarck va terriblement changer votre perception à coup de dentelle, de satin, de soie, de broderies, de tulle et parfois même de néoprène. Aux commandes de ce défilé immobile, le médiatique journaliste de mode André Léon Talley – éditeur à Vogue, il accompagnait Anna Wintour à tous les défilés – a décidé de nous en mettre plein les yeux. Ainsi, seule la robe Chanel haute couture par Karl Lagerfeld pour l’automne/hiver 2006 évoque ce vêtement présent dans toutes les penderies féminines. Ici en laine, elle se porte légèrement au dessus du genou et ses lignes suivent en douceur la silhouette.
Démonstration en noir
Sous verre comme un modèle de référence, elle introduit le reste de l’exposition où l’interprétation prend place à travers des pièces de créateurs actuels. En cuir avec un modèle de Prabal Gurung (2011), avec des découpes au laser chez Calvin Klein (2012), porte-feuille chez Diane von Fustenberg (2007), les robes peuvent être observées longuement donnant ainsi corps à des créations juste aperçues dans les défilés ou les magazines. Si le cheminement ne traduit pas une évolution de cette robe noire mais plutôt une démonstration autour de cette pièce, la présence de modèles plus anciens amènent, avec bonheur, des repères dans le temps : la robe du soir de Madame Grès (1977) et la robe « Delphos » de Fortuny (1907) questionnent les réalisations des plus jeunes.
La dernière salle prend des airs de galas. Les petites robes noires d’Edith Piaf et de Coco Chanel s’effacent au profit de modèles grandioses et mousseux. Avec la robe de style d’Oscar de la Renta (hiver 2012) en tulle et taffetas de soie, on aurait pu oublier le collier de perles. Les trois modèles de Ralph Lauren (2011) sont idéaux pour une soirée chez Gatsby le Magnifique.
En passant l’Atlantique, la petite robe noire devenue Little Black Dress (LBD) a intégré le glamour et le luxe. L’exposition semblable à une série photo d’un numéro de Vogue démontre ce phénomène qui n’aurait pas déplu à l’héroïne de « Breakfast at Tiffany’s ». A voir avec légèreté.

Site du Mona Bismarck American Center
Exposition organisée par Savannah College of Art and Design Museum of Art (SCAD)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *