Les voyages estampillés de Hiroshige

Jusqu’au 17 mars 2013, la Pinacothèque de Paris présente deux expositions en parallèle : Van Gogh, rêves de Japon et Hiroshige, l’art du voyage. Les objectifs : faire découvrir l’œuvre du maître de l’estampe et son influence sur l’œuvre du peintre des Tournesols.

Jouons franc jeu : ma visite à la Pinacothèque s’est concentrée sur Hiroshige. Je n’ai même pas mis un pied dans la seconde exposition mais il me reste quelques jours pour le faire. La Pinacothèque avait de bons arguments pour que je me limite à la seule visite du travail de Hiroshige. Le panneau de présentation me vantait en effet le premier accrochage d’autant d’estampes du Japonais si peu connu en France mais admiré par ses concitoyens. Composée de 200 estampes ayant fait le voyage depuis le Musée d’ethnologie de Leyde aux Pays-Bas, l’exposition valait donc la visite pour elle-même.
Utagawa Hiroshige (1797-1858) est un maître de l’art de l’Ukiyo-e, littéralement                « images du monde flottant ». Issu d’une famille de samouraï, il dessine dès son plus jeune âge et intègre une école rapidement. Le parcours de la Pinacothèque débute par des œuvres s’inscrivant dans la tradition d’estampes souvenirs. De nombreuses informations techniques et géographiques accompagnent chaque image. Parfois trop nourries, elles nous permettent d’avoir un soutien. Autant le dire : on peut se sentir un peu perdu face aux séries de paysages qui se succèdent devant nos yeux.
Repères esthétiques
A la fois scènes de la vie quotidienne dans les villes et les campagnes japonaises, ces images issues de gravure sur bois sont aussi support de méditation. Nos repères esthétiques peuvent se sentir désemparés. Trois grands travaux d’Hiroshige nous mettent sur la voie. La série du Tokaido figure les grandes étapes reliant Edo (actuel Tokyo à Kyoto) par la route du sud. Routes, auberges, bords de mer, montagne, ces images de paysage donnent toute la dimension de la nature et des éléments (neige, pluie, vent). Le voyage est évoqué par la présence humaine, les hommes portant des charges, se reposant au pied d’un arbre, marchant dans les rizières. On se penche pour voir de plus près, pour contempler les scènes de vie. On recule pour saisir le tout et contempler l’harmonie trouvée. La deuxième série prend la route du nord pour le même voyage (Kisokaido). Un certain essoufflement peut arriver. Et quand on sait que l’artiste n’a pas fait la route en entier et a emprunté des images dans des livres de voyage pour cette œuvre de commande, l’intérêt retombe quelque peu. Reste que la maîtrise de la composition et les effets de stylisation captent le regard. Les cent vues d’Edo clôturent la visite. Dernière grande œuvre de Hiroshige, elle se démarque par des cadrages originaux et des couleurs profondes et lumineuses. Van Gogh attendra donc la fin de ma méditation.

Site de la Pinacothèque de Paris : www.pinacotheque.com

Illustration : Le pin de la lune – Hiroshige dans les Cent vues d’Edo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *