L’Assemblée nationale : Le Palais du changement architectural

Dans une semaine, on connaîtra les noms des nouveaux résidents de l’Assemblée nationale. D’ici là, revenons sur l’histoire du Palais Bourbon qui abrite depuis 1791, le pouvoir législatif français.

La façade à colonnade, l’hémicycle, la salle des quatre colonnes, la bibliothèque décorée par Eugène Delacroix, la cour d’honneur, le Palais Bourbon se dévoile par morceaux aux yeux des citoyens via des photographies et des images télévisées. Difficile de s’imaginer l’Assemblée nationale dans son ensemble, les bâtiments la composant ont été détruits/construits au fil des siècles, ont été ajoutés et repensés au gré des besoins des parlementaires.

De l’édifice d’origine réalisé à la demande de la duchesse de Bourbon entre 1722 et 1728, il ne reste que quelques murs. Inspiré du Grand Trianon de Versailles, le bâtiment se veut être une résidence privée et jouxte l’Hôtel de Lassay de même facture.

Entre 1765 et 1789, le palais connaît de grandes transformations engagées par son propriétaire le Prince de Condé qui veut en faire un ensemble complet. Annexes, écuries, appartements pour le personnel, le Prince dépensera 25 millions de livres pour agrandir et imposer son palais dans le paysage parisien.

Vu du sud

Le 21 janvier 1798, le conseil des Cinq-Cents tient sa première séance dans le palais devenu bien de la Nation en 1791. Une salle des séances est alors rapidement édifiée, en deux ans. Elle sera complètement revue à partir de 1828. Sont conservés de cette époque la tribune de l’orateur et le bureau du président imaginés par le sculpteur Lemot.

En 1806, c’est la façade côté Seine qui connaît une totale transformation. La colonnade Poyet du nom de son architecte s’inspire de l’Antiquité. Elle s’inscrit surtout dans un alignement avec le pont de la Concorde et l’église de la Madeleine sur l’autre rive. Ainsi, cette façade est en léger décalage avec le bâtiment qu’elle introduit soit 17 degrés avec la salle des séances. Escalier, fronton et statues ajoutent à l’esprit antique.

En 1828, commence un énorme chantier qui doit adapter le palais à l’exercice parlementaire. Jules de Joly est à la commande. Hémicycle refait, création de salles d’apparat, surélévation de l’Hôtel de Lassay avec une salle des fêtes le reliant au palais Bourbon, bibliothèques dont celle peinte par Delacroix, l’Assemblée nationale telle que nous la connaissons aujourd’hui prend forme.

Au XXe siècle, le palais a peu bougé. Les combles ont été aménagés et un parking creusé. Le palais s’est surtout élargi hors les murs en occupant des immeubles dans le quartier. Pour le visiter, passage obligé par votre député qui est le seul à pouvoir vous y inviter. Encore une semaine à attendre.

Site officiel de l’Assemblée nationale :
http://www.assemblee-nationale.fr/infos/visiter.asp

Photographies et illustrations © Assemblée nationale (Laurent Lecat pour le plafond de la bibliothèque)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *