Crumb fait le comix au Musée d’Art moderne

Musée d'Art moderne de la ville de ParisLe 9e art fait son entrée au Musée d’Art moderne à Paris avec une rétrospective consacrée au dessinateur américain Robert Crumb. Du 13 avril au 19 août 2012, « De l’Underground à la Genèse » présente 50 ans du travail de Crumb, dessinateur compulsif et névrosé autoproclamé.

Les lecteurs de feu le magazine Actuel connaissent Robert Crumb pour ses couvertures aux traits affirmés et aux couleurs vives. D’autres le remettront pour sa réalisation de la pochette de « Cheap Thrills », album de Janis Joplin. L’exposition du Musée d’Art moderne va plus loin en proposant une rétrospective de cet artiste dont les œuvres inspirent de nombreux dessinateurs aujourd’hui. Crumb et la bande dessinée, c’est une histoire qui dure. Assidu de comics, ce petit blanc catholique de Philadelphie commence à dessiner avant l’âge de 10 ans. Si il commence à gagner sa vie en réalisant des illustrations pour cartes postales, ses traits –de génie- vont l’amener à transformer les comics enfantins en comix s’adressant aux adultes. Des hippies de San Francisco à la parution de son premier magazine Zap Comix en 1968, Crumb fait dans l’underground et le LSD. Sexualité, société, environnement, le dessinateur ose autant dans le dessin que dans les sujets abordés. Créateur des personnages, Mr Natural, Fritz le chat, Devil girl, l’artiste est insatiable et se renouvelle constamment. Il s’intéresse aussi à la musique et réalise de nombreuses pochettes d’album. A la fois auteur et personnage de ses planches, Crumb met ses névroses sur le papier, se libère de ses angoisses en noir et blanc. Installé depuis 20 ans dans le sud de la France, il s’est attaqué en 2011 à une illustration de la Genèse.
Se vautrer
L’exposition présentant l’ensemble de l’œuvre du dessinateur s’avère dense. Si les couvertures et dessins uniques se regardent avec plaisir, les planches se lisent plus difficilement. Comme au rayon BD de la Fnac, on aurait bien imaginé se vautrer sur des canapés ou par terre pour se plonger dans les histoires des personnages de Crumb. Les tablettes mises à disposition restent difficiles à manier et peu nombreuses. Seule la salle dédiée à la Genèse propose livres et sièges. L’exposition qui, pour Crumb, s’est aussi mise en place pour « attirer les foules » car « le public ne s’intéressait pas à l’art contemporain » (Interview Les Inrocks) met en perspective le travail du dessinateur, son évolution, sa diversité. Elle donne surtout envie de se mettre à lire ou relire les bandes dessinées de cet homme à la silhouette digne d’un personnage de comix.

Site officiel : Musée d’Art moderne de la ville de Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *