Musée des Arts et Métiers : Au fil de la radio

Exposition temporaire musée des Arts et MétiersDepuis le 28 février et jusqu’au 2 septembre 2012, le musée des Arts et Métiers de Paris est « on air » avec l’exposition        « Radio : Ouvrez grand vos oreilles ! ». De l’évolution technique des récepteurs à celle des contenus radiophoniques, l’exposition trouve le ton juste.

Au sol, une frise chronologique ouvre l’exposition et va accompagner le visiteur jusqu’au terme de son voyage temporel. De part et d’autre de ce tapis, huit salons d’écoute en forme d’énormes transistors offrent à entendre l’histoire de la radio française en archives sonores. Dans les années 1920, sur Radio Paris, c’est le faux récit du naufrage du Maremoto qui marque les oreilles des sans-filistes ceux qui écoutent la TSF (Télégraphie sans fil). Les années 30 entament une vraie progression dans les contenus. Des grilles de programme se constituent. Les feuilletons radiophoniques comme La Famille Duranton sur Radio Cité connaissent une grande popularité. Les années 1940, la radio devient arme de guerre : « La grande arme secrète, ce n’étaient pas les V1, V2, c’était la radio. Et ce sont les Anglais qui l’ont mise au point » selon l’écrivain, Jean Galtier-Boissière. Viennent ensuite les années Gilson du nom du directeur des services artistiques de la radiodiffusion française. Spectacles, poésie, musique, jusqu’au début des années 60, les contenus des postes qui deviennent des transistors sont sous l’influence de ce féru de culture.
La radio comme la société
Jazz, rock, émissions à l’intention des jeunes, partage de témoignages, la radio se transforme comme la société et sous l’impulsion des radios privées comme Radio Luxembourg, Europe n°1, Radio Monte-Carlo ou Radio Andorre. 1981 voit la libération des ondes. A partir de cette date, va se constituer le paysage radiophonique français tel que nous le connaissons aujourd’hui. Si la télévision et plus récemment Internet ont transformé les auditeurs en spectateurs et internautes, la radio reste un média plébiscité puisque près de 30 % des plus de 13 ans écoutent la tranche horaire du matin. Les webradios et systèmes de podcast renforcent cette audience. Les archives sonores, au cœur de l’exposition, parviennent réellement à nous plonger ou replonger dans l’histoire de la radio. Les nostalgiques des postes à galène, à lampes ou des transistors en bakélite pourront aussi visiter avec les yeux. La fin de l’exposition propose un défi au visiteur : se mettre derrière le micro. Lancer un disque, commenter un match de foot ou informer sur la circulation parisienne, le logiciel vous enregistre et vous envoie votre prestation par mail. Une archive sonore en somme.

http://radio.arts-et-metiers.net/#exposition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *