Europeana : La culture européenne sur le net

Si vous vous demandez ce que fait l’Europe pour la culture, commencez par vous rendre sur le site Europeana.eu qui rassemble plus de 19 millions de documents (photographies, images, vidéos) témoignages du patrimoine culturel européen.

Numériser et mettre en ligne les richesses culturelles européennes, c’est la mission que s’est donné, en 2008, l’Union européenne en créant Europeana (du gréco-latin signifiant collection européenne). Cette bibliothèque numérique et son portail en libre accès offrent la possibilité de consulter 19 millions (en 2011) de livres et de documents (images, dessins, vidéos). Musées, bibliothèques, archives, plus de 1500 institutions culturelles participent à cette mise en commun de savoir et de connaissances.
Pour l’internaute qu’il soit étudiant, chercheur ou surfer culturel, c’est bien entendu une mine d’informations et de liens infinis. Question navigation, il y a encore des efforts à fournir pour rendre le site plus interactif et ludique. La fondation Europeana (une trentaine de personnes) dont le siège est basé à La Hague au Pays-Bas, s’y essaie. Elle créé ainsi des contenus thématiques comme une découverte des instruments de musique, sélectionne un document en lien avec l’actualité. En décembre 2011, Europeana a mis en ligne l’exposition virtuelle et collaborative Wiki Loves Art Nouveau. Portfolio composé d’images d’internautes, l’exposition se veut une présentation large de l’Art Nouveau européen. La fondation qui s’appuie sur la participation des grandes institutions culturelles fait aussi appel aux internautes pour rendre le site plus participatif. Dans les projets de la fondation : la réalisation d’une exposition virtuelle d’archives de particuliers sur la Première Guerre mondiale. Les trésors cachés (photographies, carnets, lettres) et scanners des internautes sont appelés à contribution.
En octobre 2011, la Commission européenne a émis une recommandation aux Etats membres pour poursuivre la numérisation des objets culturels. Car si « la numérisation offre un moyen important de faire en sorte que le matériel culturel soit plus largement diffusé et utilisé », elle a également un intérêt en terme économique. Partager les données culturelles permet en effet de créer de nouveaux services liés à la culture (application dans le tourisme ou l’enseignement). Objectif quantifié de la Commission : 30 millions d’objets disponibles en 2015.

www.europeana.eu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *