La culture en campagne (5) : Jean-Luc Mélenchon

Allons voir du côté des sites Internet des candidats à l’élection présidentielle leurs propositions dans le domaine culturel. Car si la matière ne constitue pas une actualité aussi forte que l’économie ou le social, elle laisse tout de même apparaître des choix qui nous en apprennent un peu plus sur la personnalité de nos candidats.

C’est sur le site placeaupeuple2012.fr que l’on découvre le programme du Front de gauche dont le candidat déclaré est Jean-Luc Mélenchon. Disponible sous un format pdf, le programme titré « L’Humain d’abord » a été imprimé et écoulé à 300 000 exemplaires papier. Le chapitre « L’émancipation humaine en tête » inclut la culture dès son introduction : « L’organisation de la société doit donc permettre à chacun d’être maître de soi-même et de son existence par des politiques publiques qui placent en leur cœur les enjeux de culture, d’art, de savoir, de création, de maîtrise et de développement de son corps. »
Très vite arrivent des mesures concrètes notamment pour les travailleurs de la culture. Sont ainsi mises en avant l’abrogation de la loi de 2003 sur l’assurance-chômage des intermittents du spectacle et la création d’un système mutualisé pérenne. Le Front de gauche s’engage à ce que 1% du PIB soit consacré à l’art, à la culture et à la création. Côté presse, une loi contre les concentrations dans les médias et pour la défense de la presse d’opinion est dans les arcanes.
Un grand service public de l’art
Un sous-chapitre « S’épanouir par les arts, la culture, les pratiques culturelles » développe la vision du Front de gauche : « Notre choix de civilisation repose sur la capacité de la personne humaine à penser, agir, s’émouvoir. La confrontation aux arts, aux sciences, à la réflexion permet de devenir un citoyen éclairé, exigeant et ouvert. » Le mouvement plaide ainsi pour la refondation d’un grand service public de l’art, de la culture et de la communication qui s’oppose au processus de marchandisation de ce domaine. Des régulations sont préconisées pour limiter « l’emprise des industries culturelles sur l’ensemble des activités des champs artistique, littéraire et médiatique. » Débat national, conférences régionales sur le sujet doivent permettre au plus grand nombre de citoyens de prendre part à la vie culturelle.
La loi Hadopi se voit abrogée et il sera mis en place une contribution des fournisseurs d’accès, des opérateurs de télécommunications et du marché publicitaire.
Politique culturelle européenne renforcée, défense de la langue française, réouverture de centres culturels français à l’étranger, le Front de gauche regarde au-delà des frontières « pour une mondialité du dialogue et de l’échange ».

Un encart sur l’état de culture en France
Au cœur du programme, un encart dénonce l’appauvrissement de la culture notamment dans son cadre public : précarisation des agents, coupes budgétaires, reconversion forcée qui s’opposerait à des partenariats de plus en plus étendus avec le privé et les multinationales.

www.placeaupeuple2012.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *