La culture en campagne (2) : François Hollande

politique artistique et culturelleAllons voir du côté des sites Internet des candidats à l’élection présidentielle leurs propositions dans le domaine culturel. Car si la matière ne constitue pas une actualité aussi forte que l’économie ou le social, elle laisse tout de même apparaître des choix qui nous en apprennent un peu plus sur la personnalité de nos candidats.

Dans les 60 engagements du candidat socialiste, la culture apparaît principalement dans le point numéro 44 dans le chapitre « Redonner espoir au nouvelles générations ». Sous le titre « Je veux soutenir l’accès à la culture et la création artistique », François Hollande insiste notamment sur une meilleure décentralisation avec « un maillage culturel mieux coordonné ».
Concrètement, son action porterait notamment sur une loi d’orientation sur le spectacle vivant définissant donc des missions, des moyens et des buts à ce domaine culturel pour plusieurs années. Le candidat souhaite également reprendre le chantier du Centre national de la musique. Il est ici devancé par le gouvernement qui a, le 28 janvier 2012 lors du Midem de Cannes, annoncé par la voix de Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, la création de ce centre. Calqué sur le Centre national de la cinématographie (CNC), le CNM devrait réunir entre 70 à 90 millions d’euros pour soutenir «favoriser la création et la diversité musicale, l’amélioration de l’accès de tous aux œuvres musicales et l’irrigation des territoires». Retour à un taux de TVA de 5,5% pour le livre et la billetterie, lutte pour la survie des librairies indépendantes, les professionnels du livre ne pourront que se sentir rassurés par de telles propositions.
Comme dans le bilan de Nicolas Sarkozy, la Hadopi occupe une place importante dans le projet socialiste puisque l’engagement 45 lui est consacrée. François Hollande remplacerait cette Haute autorité par une « loi signant l’acte 2 (2.0 ?) à l’exception culturelle française ». Il a développé cette idée lors de son premier discours de politique artistique et culturelle à Nantes, le 19 janvier 2012. Cette loi doit favoriser « le développement de l’offre culturelle légale » tout en faisant participer davantage les acteurs de l’économie numérique comme « les fournisseurs d’accès et les fabricants de matériel ». Il propose une rémunération des auteurs en fonction du nombre d’accès à leurs œuvres.
Rayonnement de la France à travers le monde oblige, l’engagement 58 prône une relation favorisée avec les pays de « la rive sud de la Méditerranée » notamment en terme culturel. La francophonie y sera relancée.

Photo : francoishollande.fr, Discours de Nantes

www.francoishollande.fr

Voir aussi
Sur le Centre national de la musique : www.lefigaro.fr/medias/2012/01/28/20004-20120128ARTFIG00349-le-centre-national-de-la-musique-cree-des-cette-annee.php
Sur Hadopi et le discours de Nantes : www.lemonde.fr/culture/article/2012/01/20/hollande-veut-supprimer-et-remplacer-l-hadopi_1632444_3246.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *